L’échographie, pourquoi pas vous ?

Juin 21, 2018

Dans l’inconscient des médecins et des patients, l’échographie était réservée au radiologue. Les exceptions se sont multipliées, et chaque spécialiste s’est approprié cet outil : les cardiologues pour l’échographie cardiaque transthoracique et transoeosophagienne, les gynécologues-obstétriciens pour l’échographie foetale, les anesthésistes-réanimateurs pour l’anesthésie locorégionale… Cette appropriation n’est pas étonnante lorsque l’on connait la polyvalence de l’échographe, son inocuité et sa contribution au diagnostique
Avant, l’échographie était un acte médical réservé aux médecins. Aujourd’hui, les médecins, sages-femmes, kinésithérapeutes, infirmières, tous les professionnels de santé se forment à l’échographie qui constitue une aide de tous les instants, chacun à son niveau.

Les prérequis pour pratiquer l’échographie

Il y a trois prérequis pour pratiquer l’échographie :

  • Être autorisé par la loi à pratiquer  – la loi autorise aujourd’hui les médecins, les sages-femmes, et plus récemment les kinésithérapeutes à pratiquer l’échographie. Les manipulateurs d’électroradiologie médicale bientôt, lorsque le décret sortira.
  • Avoir un échographe – Il existe 3 catégories d’échographes: les stations, les portables et les ultraportables….a chacun son échographe!
  • Être formé – Les actes que peuvent réaliser les médecins sont tous ceux pour lesquels ils sont formés. La formation est considérée au sens large: diplôme, mentoring, DU, DIU, e-learning…
    Ainsi, l’article 70 du code de déontologie médicale dispose que « Tout médecin est, en principe, habilité à pratiquer tous les actes de diagnostic, de prévention et de traitement. »
En ce qui concerne la pratique de l’échographie obstétricale, la législation prévoit un cadre plus strict. Selon l’article 1 du décret n° 2017-91 du 26 janvier 2017, L’utilisation d’échographes pour de l’imagerie fœtale humaine par des personnes physiques n’exerçant pas la profession de médecin ou de sage-femme est interdite ». Le médecin doit attester d’une activité correspondant à un seuil minimum annuel qui ne pourra être inférieur à 380 échographies obstétricales. Il devra également posséder un équipement de qualité composé :
  • d’un échographe de moins de 7 ans disposant du doppler pulsé, du ciné-loop et d’une capacité de stockage d’au moins 200 images
  • d’au moins deux sondes, dont une endo-vaginale
  • d’un carnet de surveillance dans lequel doivent être consignées les interventions techniques sur l’appareil ainsi que ses éventuels dysfonctionnements

Ces échographies obstétricales donnent lieu à un compte rendu détaillé.

 

Qui aujourd’hui possède un échographe sur son lieu de travail ?

Les radiologues : échographie en radiologie interventionnelle, échographie abdominale, échographie musculo-squelettique, échographie foétale…

Les gynécologues médicaux et obstétriciens : échographie foétale, pose de DIU, datations de grossesse, échographie mammaire…

Les urgentistes : FAST écho, échographie pleuro-pulmonaire, hémodynamique, anesthésie loco-régionale périphérique

Les médecins généralistes : échographie clinique abdominale, pleuropulmonaire, musculo-squelettique, gynécologique…

Les anesthésistes-réanimateurs : anesthésie locorégionale, échographie des voies aériennes, échographie gastrique, doppler transcranien, abord vasculaire…

Les réanimateurs médicaux : échographie pleuro-pulmonaire, cardiaque, hémodynamique, abord vasculaire…

Les médecins du sport : échographie musculo-squelettique

Les pneumologues : échographie pleuro-pulmonaire, ponctions sous échographie

Les gastro-entérologues : échographie hépatique, élastométrie…

Les chirurgiens orthopédistes : échographie de la main, du pied, du genou

Les chirurgiens vasculaires : chirurgie artérielle, ponctions artérielles, contrôle d’une endartériectomie carotidienne ou d’un pontage distal, réalisation des angioplasties de fistules artério-veineuses, ponction veineuse pour la réalisation de radiofréquence ou de laser dans la chirurgie de l’insuffisance veineuse superficielle.

Les sages-femmes : échographie obstétricale et foétale, surveillance dans le cadre de PMA, dépistage de grossesse, dépistage de trisomie 21, échographie de datation avant 11SA, pose de DIU…

Les kinésithérapeutes : « pratiquer l’échographie dans le cadre de l’élaboration de son diagnostic et de la mise en oeuvre des traitements… cette technique permet au kinésithérapeute d’orienter ses choix thérapeutiques »

IADE : pose de voie veineuse sous échographie, pose de MIDLINE, pose de PICLINE (sous dérogation ARS)…

IDE : pose de voie veineuse sous échographie

Les cardiologues : échographie trans-thoracique et trans-oesophagienne, échographie interventionnelle

– …

La pratique ne se limite plus aux radiologues: l’échographe devient un outil indispensable à beaucoup de professionnels de santé.

Vers une pratique obligatoire de l’échographie?
Pour donner un surcroît de sécurité à l’examen clinique,la pratique de l’échographie est hautement recommandée. Si l’on reprend l’art 33 du Code de déontologie Médicale : « Le médecin doit toujours élaborer son diagnostic avec le plus grand soin, en y consacrant le temps nécessaire, en s’aidant dans toute la mesure du possible des méthodes scientifiques les mieux adaptées et, s’il y a lieu, de concours appropriés. »

La révolution de l’échographie touche la Médecine Générale 

Tous les gestes techniques réalisés en cabinet rendent service au patient : utilisation d’un streptotest® pour éviter d’introduire à tort des antibiotiques, interprétation d’un ECG au cabinet pour épargner un séjour inutile aux urgences, pratique de l’échographie pour avoir une réponse immédiate à une question diagnostique.

Les médecins généralistes sont en première ligne des consultations et la pratique de l’échographie bouleverse la clinique en permettant d’affiner sa conviction clinique.

“Un sthétoscope qui voit”, c’est un outil incroyable: il permet d’éliminer des diagnostics potentiellement graves en quelques minutes (une thrombose veineuse profonde), d’orienter rapidement un patient vers une prise en charge adaptée (cholecystite aigue) de faire le suivi ou le dépistage de certaines pathologies (anévrisme de l’aorte abdominale), de réaliser des gestes précis (pose de dispositif intra-utérin)…

Pour le médecin généraliste, au delà de “l’envie de se diversifier, de progresser, du plaisir de consulter différemment”, la pratique de l’échographie permet d’accélérer la prise en charge des patients, limiter le recours aux services d’urgences et de pallier le déficit d’échographistes en milieu isolé

Une formation efficace sur l’échographie par MedTandem

MedTandem a été créé par des médecins, Dr Élodie Baer et Dr Lucie Beylacq, pour former leurs confrères à la pratique de l’échographie à travers du e-learning didactique et un accompagnement par un mentor tout au long de leur formation (et même après !).

Les formations medTandem, c’est:
– du e-learning clair et efficace
– un accompagnement par un mentor
– une certification par validation des acquis

medTandem vous propose des formations innovantes et personnalisées en échographie

Pour consulter toutes nos formations, rendez-vous sur la plateforme de réservation !  

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial